Militer autrement. Jane Bouvier met les enfants roms à l'école

Par

Cette jeune Anglaise résidait à Marseille depuis plusieurs années déjà lorsqu’en 2012, dans la cité des Créneaux (un quartier populaire en voie de démolition), des habitants “excédés” chassent une cinquantaine de Roms installés depuis quelques jours et mettent le feu à leurs affaires. Révoltée, cette psychologue clinicienne décide de monter une association, “L’école au présent”, en 2014 et de ne plus se consacrer qu’à une tâche : aider et faciliter la scolarisation des enfants roms. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Jane Bouvier dans le bidonville du quartier de La Rose, dans le 13e arrondissement de Marseille.  Ici vivent quelques dizaines de familles roms. « Quand on vit dans la rue, toutes les démarches pour inscrire son enfant à l’école sont très compliquées. Mais le plus dur reste le suivi de la scolarité de ces gamins avec leurs conditions de vie difficiles, rythmées par les expulsions », explique Jane Bouvier. « Une expulsion équivaut en moyenne à 6 mois de déscolarisation, dans un pays où l’école est obligatoire de 6 à 16 ans. »

Voir tous les portfolios