Antton Rouget

27 ans. Journaliste à Mediapart après être passé par la pige (AFP, Canard enchaîné, presse magazine).

Pour m'écrire : antton.rouget@mediapart.fr
PGP : 396158FA

Consultez ici ma déclaration d'intérêts.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Affaire Darmanin: les zones d’ombre de l’audition du ministre

    Par et
     © Reuters © Reuters

    La première plainte pour « viol » visant le ministre des comptes publics a été classée sans suite. Mediapart a pu consulter le contenu de l'enquête préliminaire. Auditions, SMS, courrier : plusieurs éléments accréditent l'hypothèse selon laquelle Gérald Darmanin aurait obtenu une relation sexuelle en échange d'une intervention judiciaire.

  • Les montages artisanaux de la campagne de Mélenchon

    Par et
    Le compte de Jean-Luc Mélenchon a fait l'objet de réformations de la part de la Cnccfp. © Reuters Le compte de Jean-Luc Mélenchon a fait l'objet de réformations de la part de la Cnccfp. © Reuters

    Mediapart a pu consulter, en avant-première, le compte de campagne de Jean-Luc Mélenchon, dont certaines dépenses font débat depuis plusieurs jours. Ces milliers de factures dévoilent une campagne militante atypique, entre multiplication des auto-entrepreneurs et discussions avec les services fiscaux.

  • Affaire Darmanin: la dérive ultime du clientélisme à la française

     © Reuters © Reuters

    Au-delà de sa dimension pénale, l’affaire Darmanin est le fruit d’une conception très française des rapports entre politiques et administrés. Pour Mediapart, des élus et anciens ministres reviennent sur les interventions en faveur d’un logement, un emploi ou une allocation, et leurs frontières avec le clientélisme. L’ex-ministre de l’économie Michel Sapin met en garde : « On ne peut jouer de ces lettres pour obtenir des faveurs. »

  • Passe-droit scolaire pour la famille Le Drian: Mediapart prouve ses «stupidités»

    Par
    Jean-Pierre Elkabbach et Jean-Yves Le Drian ce jeudi. © Capture d'écran CNews Jean-Pierre Elkabbach et Jean-Yves Le Drian ce jeudi. © Capture d'écran CNews

    Le ministre des affaires étrangères a tenté de déminer la polémique sur les conditions d’inscription dérogatoires de ses petits-enfants au lycée français de Barcelone après intervention directe de son cabinet et de l’appareil diplomatique. De nouveaux documents affaiblissent la version officielle.

  • Le ministre Le Drian met la diplomatie française au service de ses petits-fils

    Par
    Le ministre des affaires étrangères est un des poids lourds de l’exécutif d’Emmanuel Macron. © Reuters Le ministre des affaires étrangères est un des poids lourds de l’exécutif d’Emmanuel Macron. © Reuters

    À la rentrée scolaire 2017, deux adolescents ont pu s’inscrire après la date limite de dépôt des dossiers dans le prestigieux lycée français de Barcelone. L’établissement a refusé des centaines d’élèves cette année-là. Mais les heureux élus ont pu compter sur le soutien de leur aïeul, Jean-Yves Le Drian, ministre des affaires étrangères dont le cabinet s’est directement impliqué dans le dossier. Pour convaincre, une visite du ministre a même été mise dans la balance.

  • Isabelle Attard: «Le ministre du budget doit démissionner»

    Par et
    L'ancienne députée du Calvados Isabelle Attard, plaignante dans l'affaire Baupin © Mediapart L'ancienne députée du Calvados Isabelle Attard, plaignante dans l'affaire Baupin © Mediapart

    L’ancienne députée du Calvados, plaignante dans l’affaire Baupin, considère que Gérald Darmanin doit quitter son poste de ministre pendant l’enquête judiciaire. Elle analyse l’embarras de la classe politique face à une affaire qui interroge, selon elle, les pratiques des élus.

  • L’affaire Darmanin, le droit et la corruption sexuelle

    Par et
    Le premier ministre Édouard Philippe et Gérald Darmanin à l'Assemblée nationale, le 30 janvier 2018. © Reuters Le premier ministre Édouard Philippe et Gérald Darmanin à l'Assemblée nationale, le 30 janvier 2018. © Reuters

    Le ministre est accusé d’avoir joué de son influence pour obtenir des faveurs sexuelles. En droit pénal, cette situation, si elle était avérée, pourrait relever du trafic d’influence. Cette qualification est régulièrement retenue dans les affaires financières mais est aussi parfaitement adaptée aux dossiers de « corruption sexuelle ». Elle a d’ailleurs déjà donné lieu à la condamnation d’un élu en 2007.

  • Affaire Darmanin: la deuxième plaignante livre son récit

    Par et
    Gérald Darmanin le 12 juillet 2017 à l'Assemblée nationale, à Paris. © Reuters Gérald Darmanin le 12 juillet 2017 à l'Assemblée nationale, à Paris. © Reuters
    Une habitante de Tourcoing a déposé plainte pour « abus de faiblesse » contre Gérald Darmanin le 13 février. Mediapart l’a rencontrée. Elle accuse l'ancien maire d’avoir profité de sa position pour obtenir des faveurs sexuelles : « Je me sentais obligée de le faire pour avoir un logement et un travail. » Elle a fourni aux enquêteurs des éléments matériels (SMS, courriers, etc.). Certaines lettres attestent d'interventions de l’élu, y compris après son entrée au gouvernement. Lui affirme n’avoir « jamais abusé de la faiblesse ou de l’intégrité de quiconque ».
  • «Sans contrat ni salaire», un assistant du député Bonnell claque la porte

    Par
    Le député Bruno Bonnell est peu présent dans les débats parlementaires depuis le début du quinquennat. © Youtube / LREM Le député Bruno Bonnell est peu présent dans les débats parlementaires depuis le début du quinquennat. © Youtube / LREM

    Un collaborateur parlementaire vient de quitter l'équipe du député macroniste Bruno Bonnell (proche de Gérard Collomb), en affirmant avoir travaillé pendant plusieurs mois sans contrat de travail ni rémunération. De septembre à décembre, il a labouré pour son élu la 6e circonscription du Rhône, qui recouvre le territoire de la commune de Villeurbanne. Sa situation interroge sur la présence de “bénévoles” dans les équipes de députés.

  • Violences: l’ex-ministre Baylet retire sa plainte contre Isabelle Attard

    Par
    Jean-Michel Baylet, en mars 2016. © Reuters Jean-Michel Baylet, en mars 2016. © Reuters

    Selon les informations de Mediapart et Buzzfeed, l’ancien ministre radical Jean-Michel Baylet a discrètement retiré sa plainte en diffamation contre l’ex-députée Isabelle Attard. Cette dernière avait appelé à sa démission du gouvernement en rappelant qu’il a été accusé de violences par une collaboratrice.