Christine Marcandier

Et tout le reste fut littérature. diacritik.com Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Au commencement était la fin

    Par

    Est-ce le signe d’une époque qui interroge sa finitude ? Trois livres juste parus ont la mort pour centre, moins le passage de vie à trépas que l’après : Le Monde de la fin, roman d’Ofir Touché Gafla ; les Chroniques de mon crématorium de Caitlin Doughty ; et Juste Ciel d’Éric Chevillard.

  • « Berlin est une fiction »

    Par

    Et si Berlin était moins un lieu qu’un temps ? C’est en tout cas le paradoxe autour duquel s’articulent six livres récents qui gravitent autour de cette ville d’hier, d’aujourd’hui et de demain. « Berlin est une fiction », comme l’écrit Christian Prigent, comme le racontent aussi Cécile Wajsbrot, Gonçalo M. Tavares, Wilfried N’Sondé, Stefanie de Velasco ou Oscar Coop-Phane.

  • A lire, une bande-son rock & pop

    Par

    Que peuvent bien avoir en commun Johnny Cash, Joe Strummer et David Bowie ? Une forme de « pop fiction », interrogeant notre époque et ses normes, susceptibles d'infinies variations, sexuelles comme textuelles, comme le montrent une dizaine de parutions récentes, essais comme romans, français comme étrangers.

  • Des nouvelles de l’Amérique

    Par
     © Martin Usbonne (détail de couverture du Russell Banks) © Martin Usbonne (détail de couverture du Russell Banks)

    « À l'approche d'un millénaire dépourvu d'illusions », trois recueils de nouvelles viennent de paraître, signés Russell Banks, George Saunders, Kate Braverman, qui peignent, avec une lucidité cruelle, une Amérique en éclats.

  • Contes de faits : quand la littérature se confronte à la justice

    Par

    Tout fait divers est roman potentiel : il offre des personnages, un cadre, des événements. Trois romans qui viennent de paraître illustrent ces noces de la justice, de la presse et de la littérature et déploient les possibles d'une écriture, factuelle ou fictionnelle, du réel. Extraits des livres en fin d'article.

  • Alexandre Civico, un roman comme un étranger aux mains sales

    Par

    La Terre sous les ongles aurait pu s'intituler L’Étranger ou Les Mains sales, «mais il paraît que c’était pris». Dans ce roman poétique, social, politique, Alexandre Civico revient sur sa propre histoire et la dépasse, montrant que «celui qui représente le mieux, ou de la manière la plus vive, la condition ouvrière, c’est l’immigré». Critique, entretien avec l'auteur et premières pages du livre en fin d'article.

  • 68, année érotique

    Par

    Mai 68 est au centre de deux romans de cette rentrée d'hiver : Une fille de Juliette Kahane et Un an après d'Anne Wiazemsky. Toutes deux racontent l'effervescence de ces journées, la parole qui s'élève, les corps qui exultent, mais aussi un mouvement de libération plus intime. Lecture et extraits des romans en fin d'article.

  • Deux romans: «Athènes, un endroit à lire en permanence»

    Par
    "Vasanizomai" ("Je souffre") sur un mur d'Athènes © DR "Vasanizomai" ("Je souffre") sur un mur d'Athènes © DR

    Deux romans, juste publiés, explorent les effets de la crise grecque. L’un, écrit par Charly Delwart, s’ouvre sur une citation de Timothy Leary qui pourrait servir d’exergue à toute fiction : « L’univers est un test d’intelligence. » L’autre, signé Ersi Sotiropoulos, est une chambre d’échos d’Athènes. Dans Chut comme dans Eva se dit la Grèce d'aujourd'hui.

  • Rafael Chirbes et « l’odeur du XXIe siècle commençant »

    Par

    Rafael Chirbes est l'une des voix importantes de la littérature espagnole contemporaine, peu connue en France. Sur le rivage, qui paraît en cette rentrée d'hiver, accompagné de Crémation en format poche, est un impressionnant reflet de notre époque en crise. Analyse et rencontre.

  • Les cartographies fictionnelles de John Burnside

    Par

    John Burnside compose, depuis des années, une œuvre littéraire d'envergure. Son dernier roman, L’Été des noyés, est la mise en péril de tous nos repères. Entretien avec un écrivain engagé, explorant le lieu, dans son rayonnement poétique comme son importance politique.