Dominique Conil

Ecrivain, avec parcours journalistique... Entres autres: Libération longtemps, l’Autre Journal, l’Evènement du Jeudi, l’Humanité, France Inter (Cosmopolitaine).

Livres : Notre Justice, Flammarion (enquête-essai), En espérant la guerre (Actes Sud), Une fille occupée (Actes Sud 2011), Anna Politkovskaïa,

non à la peur (Actes sud junior, mai 2012).

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • J. M. Coetzee : ce monde où nous vivons presque

    Par

    Grand retour à la fiction de J. M. Coetzee, prix Nobel, avec ce récit magnifique, épuré, dans un pays où débarquent ceux qui « repartent de zéro ». Au prix de leur mémoire, les voici en un lieu exempt d’excès, plein de « bonne volonté », passablement triste et comme évidé. Un lieu tout proche, familier,  qui va prendre vie. Extrait du livre en fin d'article.

  • « Matière inflammable » : Balzac, et vite!

    Par
     © DR © DR

    Un roman où les illusions sont  perdues d’entrée, ou presque. C’est dans les coulisses de la gauche nantie, des arrivismes, affaire Strauss Kahn se profilant en ligne d’arrivée, que le héros de Marc Weitzmann fait son apprentissage sentimental et social. Mais le vrai sujet est peut-être ailleurs.

  • Littérature: donnez-nous des nouvelles ! 2/2

    Par

    L’Américaine Lydia Davis, que l’on n’ose qualifier de « révélation » tant elle est connue et admirée hors Hexagone, l’Espagnole Berta Marsé, sur la thématique de l’échec, le Suisse Peter Stamm au bord d’un lac de belle profondeur, l’Autrichien Clemens J. Stez, un choc : minimalistes, narratifs, drôles ou noirs, ces quatre-là ont le talent en partage. Et une belle cruauté, souvent.

  • Donnez-nous des nouvelles! 1/2

    Par
    Buveurs à Tokyo © Louise Merzeau Buveurs à Tokyo © Louise Merzeau

    Première partie de nos articles consacrés aux nouvelles, où vous pourrez voir du pays... Japon à savourer, pas d’entre-deux bulgare, crépuscule au Caire : quand le fragment et l'instantané disent la fresque.

  • Appelfeld, l’homme qui murmurait à l’oreille du lecteur

    Par et
    Vidéo dans l'article Vidéo dans l'article

    L’écrivain israélien Aharon Appelfeld est mort dans la nuit de mercredi à jeudi 4 janvier à l’âge de 85 ans. Enfant, il avait survécu, seul et caché, à la Shoah. À 14 ans, disait-il, il n’avait « plus de langue ». Son œuvre fut ensuite couronnée par de nombreux prix littéraires, dont le prix Médicis étranger en 2004, et le prix Israël. Nous republions un entretien réalisé avec lui à l’occasion de la sortie des Eaux tumultueuses en 2013.

  • A Nantes, les très hauts fonds de l’Atlantide

    Par
     © DR © DR

    C'est un festival littéraire au sens réel du terme, dirigé par un écrivain migrateur, fou de lectures en six langues, Alberto Manguel. Des noms célèbres, des inconnus, des écrivains toujours. Dans cette ville où le nombre de libraires augmente… Avec le son des rencontres avec Ismaïl Kadaré, Helena Kadaré.

  • Vieillir, dit-elle

    Par
     © DR © DR

    Les femmes et l’âge : Martine Boyer-Weinmann explore le sujet à travers la littérature, le dit des non-dits. De la gravité parfois, de la sensualité souvent, du frontal, de l’humour, du décapant, du désespéré, du clinique. Le subtil roman de Catherine Cusset, Indigo, sur fond d'Inde en tension, aurait pu figurer dans Vieillir, dit-elle. Toniques !

  • Jean-Christophe Bailly, vers une utopia povera ?

    Deux ans après Le Dépaysement (prix Décembre 2011), l’écrivain, poète, enseignant de l’histoire du paysage et promeneur Jean-Christophe Bailly publie La Phrase urbaine. Il y raconte et analyse ce qui tisse une ville, ce qui la fait parler, et penche pour une utopia povera, chantier « immense » avec les moyens du bord. Conversation.

  • Vladimir Makanine et la Tchétchénie : en avant… marché !

    Par et
    Control © Neo Rauch Control © Neo Rauch

    Lors de la remise du prix européen de littérature, en mars, il a lu un texte sur la délation en guise de discours. Dans Assan, le roman qu’il publie chez Gallimard, la guerre de Tchétchénie est vue par un commandant à la fois corrompu et humain. Vladimir Makanine, franc-tireur littéraire : entretien et extrait.

  • Jerzy Kosinski, pionnier du bashing

    Par
     © Czeslaw Czaplinski © Czeslaw Czaplinski

    En un récit kaléidoscopique, l’écrivain polonais Janusz Glowacki retrace l’ascension fulgurante dans le monde artistique américain de Jerzy Kosinski, auteur de L’Oiseau bariolé, et sa chute, après une investigation menée par le Village Voice en 1982.

    Histoire sans morale, où la joie de détruire ce que l’on a adoré puise dans les ombres d’un homme, et le mystère d’un écrivain.