Ludovic Lamant

Passé par l'agence Reuters et la rédaction des Cahiers du Cinéma, j'ai couvert, en poste à Bruxelles de 2012 à 2017, le feuilleton des crises européennes pour Mediapart. De retour à Paris depuis fin 2017, pour intégrer la direction éditoriale du journal.

J'ai publié un guide sur l'Argentine (La Découverte, 2011), un essai sur les nouvelles politiques espagnoles (Squatter le pouvoir, Les mairies rebelles d'Espagne, Editions Lux, 2016) et un autre sur l'architecture du quartier européen à Bruxelles, révélateur des crises sur le continent (Bruxelles chantiers, Une critique architecturale de l'Europe, Lux, 2018). © Céline Villegas.

Consulter ici ma déclaration d'intérêts

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Mélenchon mise sur la gauche radicale italienne

    Par
    Distribution de tracts d'une militante de Potere al Popolo!, à Gênes en février 2018. © Amélie Poinssot. Distribution de tracts d'une militante de Potere al Popolo!, à Gênes en février 2018. © Amélie Poinssot.

    Potere al Popolo! est une coalition de mouvements sociaux et de petits partis de gauche née de la mobilisation d'un centre social à Naples. Elle devrait réaliser un score confidentiel aux législatives, ce dimanche 4 mars. Mais elle a pu compter sur un soutien de poids pendant sa campagne : Jean-Luc Mélenchon. Explications.

  • Européennes: le début des grandes manœuvres

    Par

    Les chefs d’État et de gouvernement de l’UE, réunis ce vendredi à Bruxelles, vont discuter des prochaines élections européennes et, en particulier, des modalités de nomination du futur président de la Commission. Pour Macron, il sera très difficile de réaliser en mai 2019 un big bang politique à Bruxelles, comme il l’a fait à l’échelle française en 2017.

  • Barroso chez Goldman Sachs: l’affaire rebondit

    Par
    Jyrki Katainen, alors premier ministre finlandais, et José Manuel Barroso, alors président de la Commission, le 6 octobre 2011 à Bruxelles. © CE Jyrki Katainen, alors premier ministre finlandais, et José Manuel Barroso, alors président de la Commission, le 6 octobre 2011 à Bruxelles. © CE

    L’ex-président de la Commission, parti chez Goldman Sachs à l’été 2016, a rencontré en tête-à-tête un commissaire de l’équipe Juncker, à sa demande, dans un hôtel luxueux à Bruxelles. Mais José Manuel Barroso avait assuré que Goldman ne l’avait pas embauché pour des activités de lobbying… Sa défense vacille.

  • Italie: de nouveaux espoirs à gauche

    Par et
    unmondeavif-10-image-attente

    À l’approche des législatives du 4 mars en Italie, Mediapart a organisé un débat entre des représentants de deux nouvelles coalitions de gauche, « Libres et égaux » et « Potere al popolo ».

  • Catalogne: pour Puigdemont, «c’en est terminé»

    Par
    À l'extérieur du parlement catalan, mardi 30 janvier, des indépendantistes portent un masque de Puigdemont. Ils cherchent à brouiller les pistes des forces de l'ordre, pour aider Puigdemont à revenir incognito à Barcelone, afin d'être investi. © Reuters / Sergio Perez. À l'extérieur du parlement catalan, mardi 30 janvier, des indépendantistes portent un masque de Puigdemont. Ils cherchent à brouiller les pistes des forces de l'ordre, pour aider Puigdemont à revenir incognito à Barcelone, afin d'être investi. © Reuters / Sergio Perez.

    Dans une série de messages privés révélés par un média espagnol mercredi 31 janvier, Carles Puigdemont juge qu’il a perdu la partie face à Madrid : « Les nôtres nous ont sacrifiés. » L’ex-President espère toujours être investi à distance à la tête de la Catalogne. Mais l’affaire réduit ses chances de succès.

  • Des gauches européennes tentent de construire leurs médias

    Par , et Amandine Alexandre

    En Europe, des émissions de télévision ou des journaux en ligne sont créés dans la mouvance ou à l’initiative de mouvements de gauche, très critiques du paysage médiatique traditionnel. La France, l’Espagne et la Grande-Bretagne sont les laboratoires de ces expériences journalistiques nouvelles, notamment dans le monde audiovisuel.

  • L’expulsion de migrants soudanais fragilise le gouvernement belge

    Par
    Theo Francken, secrétaire d'État à l'asile et aux migrations, en mai 2017. © Reuters / François Lenoir. Theo Francken, secrétaire d'État à l'asile et aux migrations, en mai 2017. © Reuters / François Lenoir.

    La Belgique a expulsé fin 2017 neuf migrants dont certains disent avoir été arrêtés, et torturés psychologiquement, à leur retour sur le sol soudanais. Mais le secrétaire d’État à l’asile et aux migrations, Theo Francken, est « intouchable », protégé par Bart de Wever, le tout-puissant patron de l’indépendantisme flamand.

  • Grande coalition: le SPD allemand rejette la rupture «à l’espagnole»

    Par

    Après le feu vert de son congrès dimanche, le SPD semble parti pour conclure une nouvelle grande coalition avec Merkel. Leurs homologues sociaux-démocrates espagnols, eux, avaient rejeté ce scénario en 2016, provoquant de nouvelles élections. Mais y a-t-il seulement encore une option gagnante ?

  • L’indépendantisme reprend ses marques au Parlement catalan

    Par

    Les indépendantistes ont remporté mercredi la présidence du Parlement catalan, et composent l'essentiel des élus du bureau. Mais l'éventualité d'une investiture de Carles Puigdemont à la tête de la région, par vidéoconférence depuis Bruxelles, pourrait raviver un peu plus le bras de fer avec Madrid.

  • Aurélien Bellanger: «Calais? Une zone de guerre, strictement»

    Par
    "1993" © Jean-Louis Fernandez "1993" © Jean-Louis Fernandez


    Qui pouvait s’imaginer, lors du chantier du tunnel sous la Manche inauguré en 1994, que le site accueillerait des années plus tard la « jungle » des migrants de Calais ? Le romancier Aurélien Bellanger s’interroge sur ce que sont devenus ces rêves de modernité et de paix européens dans 1993, mis en scène par Julien Gosselin.