L’inaction climatique expliquée par un neuroscientifique

Sous le titre « Le bogue humain, ou l’os dans la soupe », Isabelle Paré, chroniqueuse du quotidien de Montréal Le Devoir, tente d’expliquer l’inaction du commun des mortels devant l’urgence planétaire, à partir d’un essai du neuroscientifique Sébastien Bohler…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Philosophes et psychologues se perdent en conjectures depuis des années sur les sources de ce déni collectif. Or, une partie de la réponse se trouve peut-être blottie dans un recoin de notre cerveau, un modèle rétro, hyperperformant mais visiblement dépassé par le cours des événements. C’est du moins ce qu’avance Sébastien Bohler, neuroscientifique rompu à l’étude des mécanismes du cerveau, qui vient de produire Le Bug humain.