Jacques Le Goff et «l’histoire en tranches»

Par

À tous ceux qui, se souvenant de leurs manuels scolaires, pensent encore que le Moyen Âge s’oppose à la Renaissance, ou que l’histoire moderne succède distinctement à l’histoire médiévale, Jacques Le Goff, mort ce mardi 1er avril, proposait de repenser les grands découpages historiques qui scandent nos imaginaires du passé. Entretien mené en janvier.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'historien Jacques Le Goff est mort ce mardi 1er avril, à l'âge de 90 ans. Dans son dernier ouvrage, le célèbre médiéviste proposait une « réflexion sur l’histoire, sur les périodes de l’histoire occidentale, au sein de laquelle le Moyen Âge est [son] compagnon depuis 1950 ». Auteur de très nombreux ouvrages et voix célèbre de France Culture dans les Lundis de l’histoire, Jacques Le Goff y revenait sur son souci de penser autrement le Moyen Âge, en cessant de le terminer avec une canonique mais trompeuse Renaissance. Et il s’interrogeait plus généralement sur les nécessités et les trompe-l’œil de la périodisation de l’histoire.