Pierre Beuchot (1938-2020): la mémoire et la guerre

Par

Le cinéaste Pierre Beuchot est mort à 82 ans le 27 novembre. Épris de l’œuvre de Pierre Jean Jouve, passionné par l’art, il laisse deux films prodigieux consacrés à la Seconde Guerre mondiale : Le Temps détruit et Hôtel du Parc. Hommage étayé à un être mystérieux sans se montrer opaque, nostalgique et pourtant gorgé de vie : avec Claude Guisard, ancien de l’Ina, Jérôme Prieur, écrivain et cinéaste, ainsi que Pascale Froment, écrivaine et journaliste.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En 1985, un cinéaste de 47 ans, Pierre Beuchot, présente un documentaire magnifique, étrange et singulier : Le Temps détruit. À partir des lettres de trois soldats fauchés pendant la campagne de France, au printemps 1940 – à la fin de ce qu’il est bêtement convenu d’appeler « la drôle de guerre » –, l’œuvre, tout en mêlant des documents d’archives, fait sentir jusqu’à l’os le tragique d’une époque. Trois morts pour rien, parmi plus de 100 000. Trois spectres qui se rappellent à nos oublieuses mémoires.