«Un océan, deux mers, trois continents»: la laideur du Nouveau Monde

Par Pierre Benetti (En attendant Nadeau)

L’histoire du prêtre et ambassadeur Nsaku Ne Vunda, né en Angola en 1583 et mort au Vatican en 1608, se prête à toutes les appropriations idéologiques. C’est tout le contraire que propose avec brio Un océan, deux mers, trois continents, un récit de Wilfried N’Sondé.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans la basilique Sainte-Marie-Majeure de Rome, un buste en marbre noir ainsi qu’un mausolée rappellent la mémoire de Nsaku Ne Vunda, ou Dom Antonio Manuel, prêtre et ambassadeur du royaume Kongo auprès du pape Paul V. La destinée de ce personnage, né dans l’actuel Angola en 1583 et mort au Vatican en 1608, pouvait donner matière à une belle histoire emblématique ou illustrative. C’est tout le contraire dans le cinquième roman de Wilfried N’Sondé.