«Danser encore», ou la revanche des cigales insoumises

Par

Retour sur Danser encore. Un cantique contre la gestion tragiquement nulle de la pandémie par le pouvoir, en France et ailleurs. Une chanson lame de fond, parfois sur une ligne de crête discutable. Mais un hymne bienvenu à l’insubordination.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Est-ce céder à l’illusion lyrique ? Ou est-ce plutôt se hisser jusqu’à la perspicacité poétique ? Danser encore, une rafraîchissante rengaine affranchissante, ringardise depuis quatre mois la prétendue politique sanitaire d’un pouvoir aux abois qui confine, musèle, voire dresse son monde, histoire de l’acclimater au virus.