Misfits 1/2 : Liberati en inconditionnel

Par

L’amour est une région bien intéressante, comme disait Tchekhov. Et même passionnante, ainsi que l'écrit Simon Liberati dans Eva. Ou comment, d’un itinéraire un peu fracassé, faire une voie royale. Et se retrouver sur la liste du Goncourt. Extrait en fin d’article.

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y a quelques jours paraissait dans la presse – du Monde au Figaro, sans même évoquer la presse américaine, bien plus prolixe – une annonce de décès suivie de quelques lignes. Edwige Belmore, souvent dite Edwige tout court, ou la « reine des punks », celle qui avait posé en compagnie de Warhol à la une de Façade, qui avait « fait la porte » à l’entrée du Palace, traversé les nuits parisiennes et new-yorkaises... Edwige Belmore venait de mourir. « Entourée de ses amis », à 58 ans, et d’une hépatite C tardivement soignée. Les photos récentes montraient un visage toujours beau, regard intact derrière les lunettes, mais cheveux bruns sévèrement tirés, loin des tenues vinyles et de la coupe courte et peroxydée d’antan.