Mémoires meurtris: «Jane, un meurtre» et «Une partie rouge», de Maggie Nelson

Par

Dans Jane, un meurtre, Maggie Nelson compose un ensemble de poèmes autour de l’assassinat de sa tante. Mais ce qu’elle ignorait en l’écrivant, c’est que le coupable finirait par être identifié, et jugé : ce qu’elle raconte dans Une partie rouge, qui rassemble les morceaux de cette douloureuse histoire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Une jeune femme en 1967,/ une autre en 1968.// Jane en mars 1969.// La suivante tout juste quatre jours plus tard –/ puis une en avril,// une en juin,/ une en juillet. »