La nature dans la voix: Serge Martin, Sophie Loizeau

Par

Pour Serge Martin et Sophie Loizeau, le poème est dans la vie et notre rapport au monde est ce qu’en fait le langage. Certes, le monde comme « il s’en va » nous dépasse, disent-ils en substance, mais il ne peut se passer de nous, car nous avons « la nature dans la voix ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Membre, pour la circonstance, du « comité de pilotage » des « états généraux » du Marché de la poésie qui ouvre ses portes à Paris ce mercredi 7 juin (voir ici le programme complet de cette 35e édition), Serge Martin élabore depuis quelques décennies une réflexion en poétique audacieuse, qui s’exprime avec force dans un récent essai qu’il vient de faire paraître, Voix et relation. Évoquée par Serge Martin dans un précédent essai (La poésie à plusieurs voix. Rencontres avec trente poètes d’aujourd’hui), Sophie Loizeau, dont un nouveau livre, Ma maîtresse forme, vient de paraître, écrit depuis le début des années 2000 des poèmes parmi les plus intrigants qui soient.