Maurice Nadeau: ce que critiquer veut dire

Par

Un premier tome regroupant près de 500 articles, la plupart publiés dans le quotidien Combat durant les six premières années de l’après-guerre, offre un panorama de la critique littéraire selon Maurice Nadeau. À méditer d’urgence.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Maurice Nadeau (1911-2013 : oui, vous avez bien lu, aucune coquille à l’horizon ; il était du bois dont on fait les centenaires) fut un phare de la critique littéraire en France, de 1945 à sa mort. Une plume au service d’un jugement ; du flair et des convictions ; un engagement aux côtés de la révolte et du levain révolutionnaire. C’en était trop pour la droite française. En 1990, quand Nadeau n’avait que 79 ans et qu’il venait de publier ses souvenirs, Grâces leur soient rendues, le féroce Renaud Matignon, dans Le Figaro, lui tomba sur le râble, comme si la réaction gardait un chien de sa chienne à cet ami des rouges, accusé de n’avoir été qu’un idéologue dont le parti pris tenait lieu de discernement.