La Mostra, le blanc et la couleur

Par
Réflexions sur l'état des corps et de l'image dans le cinéma contemporain autour de deux films forts de la compétition de la 67e Mostra de Venise, Promises written in water (Vincent Gallo) et Essential Killing (Jerzy Skolimowski), qui a obtenu, samedi 11 septembre, le prix spécial du jury et valu à Vincent Gallo le prix de la meilleure interprétation masculine.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les cinéphiles connaissent le portrait de l'homme à la tête de la Mostra. Marco Müller parle six langues, dont le chinois. S'habille comme un prêtre. Promène un air jovial et serein, genre mâchoires d'acier sous lèvres de velours. A un péché mignon: voler des films à Cannes et annoncer leur sélection vénitienne au moment où s'ouvre le petit festival de la Côte d'Azur. Parions que s'il a voulu que Quentin Tarantino préside le jury, c'est avec l'espoir que le dieu en stetson accorde à Venise la primeur de son prochain film. Quel farceur.