Dionys Mascolo, une éthique de la résistance intellectuelle

En réconciliant pensée et action, Marx et Bakounine, révolution et amitié, le philosophe communiste a conçu une théorie de l’insoumission que l’on redécouvre opportunément, à l’heure de la contestation néoconservatrice des savoirs critiques. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Deleuze disait de lui, dans une lettre qu’il lui a adressée en 1988, qu’il était « un des auteurs qui ont le plus intensément renouvelé les rapports de la pensée et de la vie ». Mais qui se souvient aujourd’hui de Dionys Mascolo (1916-1997), philosophe communiste hérétique, à l’œuvre aussi féconde que disséminée ? S’il arrive que sa mémoire nous parvienne, c’est qu’un de ses textes – le seul qui soit passé à une relative postérité – remonte parfois à la surface.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal