Coup d’arrêt juridique à la chasse aux danseuses enceintes du ballet de Nice

Par

Gaëla Pujol, soliste du ballet de Nice, accusait Éric Vu-An, directeur artistique employé par la mairie, de discrimination après avoir été renvoyée au prétexte qu’elle attendait un enfant. Le tribunal administratif lui a donné raison.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Deux ans et demi après avoir été éjectée du ballet de Nice par Éric Vu-An, protégé du maire Christian Estrosi, la danseuse étoile Gaëla Pujol, qui avait porté plainte pour discrimination, vient d’être confortée par une décision du tribunal administratif de Nice (lire ci-dessous). Au nom du peuple français, cette juridiction affirme en effet qu’il n’est pas juste ni tolérable de pratiquer une discrimination à l’encontre d’une femme enceinte, même si celle-ci ne bénéficie que de contrats précaires.