«Présents», le coma lucide de Franck Magloire

Par

Pourquoi la littérature française actuelle parle-t-elle si peu, ou si mal, des gens ordinaires ? Franck Magloire, auteur remarqué d’Ouvrière, montre superbement que les gens ordinaires, ça n’existe pas. Il réunit, l’espace d’une journée, six personnes et un homme dans le coma. Rare humanité, épure du style, ordinaire des jours, sourde colère, et cette tension secrète qui vous emmène d’un bout à l’autre du livre. Extrait en pdf.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pas un article. Silence total depuis un mois. Ce n’est pas ainsi que j’aurais aimé commencer un article sur Présents, de Franck Magloire. Mais à l’exception, notable, d’Olivier Barrot sur France-3, d’un frémissement indigné sur blogs, voilà un livre qu’on ignore. Oh, bien sûr, près de 500 romans ont été publiés en janvier. Bien sûr, les têtes de gondoles sont prioritaires, qu’elles soient de qualité ouseulement média-compatibles.