Trente ans après le quartier des condamnés à mort, la vie

Par et

En février 1982, une jeune avocate, Brigitte Hemmerlin, était jugée pour avoir apporté une arme en prison au dernier condamné à mort français, Philippe Maurice. En mars 2014, elle en tire un roman. L’ex-condamné, devenu médiéviste, universitaire, publie au même moment un récit. Itinéraires, entretiens et extraits en fin d'article.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Début des années quatre-vingt, dimanche soir. Dix personnes s’entassent dans le studio prévu pour quatre. Tout le monde fume. Le standard est bloqué depuis 17 heures par les innombrables appels. Brouhaha permanent, léger épuisement des permanents. L’émission hebdomadaire de Radio Gilda, “Saute-Maton”, va commencer. On l’écoute dans les prisons, on l’écoute hors les murs. Y compris la police, qui doit deviner, dans un torrent de messages personnels du type Radio Londres adressés aux détenus, si  « Liliane te fait dire que la montagne est belle » relève de l’envoi codé.