Ghil, ses femmes et de bons frissons dans le triste château d’Israël

Par Claude Grimal (En attendant Nadeau)

Avec Un, deux, trois, l’écrivain israélien Dror Mishani se lance dans le « thriller » psychologique. Une incursion réussie dans le genre, grâce à une triple focale multipliant les suspens et une dose subtile de critique sociale et morale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un, deux, trois, qui se déroule aujourd’hui, essentiellement dans les environs de Tel Aviv, se présente au départ comme un roman de malaise existentiel sur fond de morosité nationale. Il prend la forme de trois récits successifs faits du point de vue de trois femmes en quête d’un réconfort qu’elles croient, l’une après l’autre, trouver auprès d’un certain Ghil. Celui-ci se révèle n’être pas tout à fait celui qu’il prétend être, et leurs rencontres glissent alors vers une issue fatale.