Peillon-Bueno: ne pas voter pour ranimer la démocratie

Par

L’élection présidentielle est l’une des plus mobilisatrices. Mais elle n’échappera pas à l’abstention, qui pourrait atteindre des sommets. Colère, dégoût devant les affaires, insatisfaction par rapport à l’offre, sentiment que voter ne change rien… Les raisons de s’abstenir sont multiples. Ce comportement peut-il être un acte politique ? Mediapart en débat.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.