Où gît le sourire des films cambodgiens

Par

C'est le documentaire de la rentrée, en forme d'hommage intense au cinéma : Le Sommeil d'or part en quête des centaines de films produits dans les années 1960 au Cambodge, avant l'arrivée des Khmers rouges au pouvoir. Aujourd'hui, ils ont presque tous disparu, mais leur esprit rôde encore... Entretien avec le réalisateur Davy Chou.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est un pan entier de cinéma disparu, qu'un film, en salle ce mercredi, tente à lui seul de ressusciter. Il ne reste presque plus rien des quelque 400 films produits au Cambodge, dans les années 1960 et 70, avant l'arrivée au pouvoir des Khmers rouges, en 1975. À l'époque, le septième art connaît pourtant un boom dans le pays, divertissement parfait pour oublier la guerre civile en cours. Il est question de Hurlement de gibbon, d'Homme-serpent ou encore d'Hippocampe – tout un bestiaire de héros cinématographiques à jamais effacé.