«Joseph Anton», pour redonner vie à Salman Rushdie

En 1989, un livre, son livre, lui a volé une partie de sa vie. Refusant d’être réduit à n’être que l’auteur condamné à mort par une fatwa des Versets sataniques, Salman Rushdie entend récupérer ce qui lui appartient, son nom. Et quel meilleur moyen pour un écrivain qu’un nouveau livre, une autobiographie ? Avec extrait PDF du livre

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

« Le monde explosait autour de lui » : on est en 1989, l’année de la chute du mur de Berlin, de la libération de Nelson Mandela, des émeutes de la place Tien’anmen, et, le 14 février, de la fatwa que l’ayatollah Khomeini lança contre un écrivain, Salman Rushdie, et un livre, Les Versets sataniques. « Le fond de sa pensée était : je suis un homme mort. » Toute la vie de Salman Rushdie se recompose à partir de cette date qui ouvre Joseph Anton, lui imposant une relecture de sa propre vie.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal