Poésie à volonté avec Marina Tsvetaeva

Par

L’histoire qui a été cruelle avec Marina Tsvetaeva semble bien décidée à la servir comme peu de ses grands contemporains russes de la première moitié du XXe siècle. La parution aux éditions des Syrtes de la somme de sa Poésie lyrique marque un véritable aboutissement dans la réception de sa poésie en France.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’ironie de l’histoire, ce trait qu’on lui connaît, ne pouvait être que spectaculaire dans le cas de Marina Tsvetaeva (1892-1941). L’histoire, cette créature de millions d’hommes que décrit Anna Akhmatova dans un poème qu’elle lui dédie, ne pouvait que se tenir dans son dos, comme si elle menaçait de dévorer à rebours les pages de sa vie. Et voici, au fil d’un temps étiré néanmoins, que l’histoire paraît décidée à la servir comme peu de ses grands contemporains de la première moitié du XXe siècle.