Québec: quand les trolls s’en prennent aux femmes sur Twitter

Par

Insultes, harcèlement, commentaires sexistes ou racistes : la violence sur les réseaux sociaux touche de nombreuses femmes, d’autant plus lorsqu’elles sont racisées, révèle une récente étude réalisée par Amnistie internationale en collaboration avec l’entreprise montréalaise d’intelligence artificielle Element AI, rapporte Le Devoir.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Plus d’un million de tweets violents, injurieux ou problématiques ont été envoyés aux femmes ayant participé à l’étude – plus de 700 – au cours de l’année 2017, soit en moyenne un toutes les 30 secondes, d’après les calculs d’Element AI publiés mardi.