L’Histoire et ses possibles

Par

« L’Histoire à venir », une nouvelle manifestation qui se tient à Toulouse pendant quatre jours, creuse le sillon d’une histoire contrefactuelle qui cherche, en étudiant l’histoire des possibles, à élargir les potentialités de l’Histoire et « analyser ce qui n’est pas advenu ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour Nietzsche, « la question “que ce serait-il passé si cela et cela n’avait pas eu lieu ?” est presque unanimement regardée avec défaveur, et, cependant c’est précisément cela qui est la question cardinale ». Fort de ce jugement, les historiens Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou ont publié l’an dernier, dans la collection “L’Univers historique” au Seuil, un ouvrage ambitieux, à la fois empirique, théorique et programmatique, intitulé Pour une histoire des possibles et sous-titré Analyses contrefactuelles et futurs non advenus.