Au goulag albanais, au nom du père

Par Jean-Paul Champseix (En attendant Nadeau)

Dans Le Jeu, la chute du ciel, Bashkim Shehu, fils d’un ancien dignitaire albanais contraint au suicide en 1981, construit une fiction fondée sur sa propre et longue expérience du camp. Dans l’Albanie dirigée par Enver Hoxha, chacun pouvait descendre aux enfers. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bashkim Shehu est le fils du premier ministre albanais qui fut assassiné ou contraint au suicide, en 1981, par Enver Hoxha. Pourtant, Mehmet Shehu était considéré comme le dauphin du dictateur. Il fut renvoyé du collège militaire de Naples pour activités politiques communistes puis, en 1938, combattit en Espagne, du côté républicain, dans la brigade Garibaldi. Interné en France de 1939 à 1942, il fut livré aux fascistes italiens mais parvint à rejoindre le maquis albanais. Ses compétences militaires lui permirent de devenir le commandant de la 1re brigade de l’armée communiste, soutenue par des émissaires britanniques. Ses plus célèbres faits d’armes furent la rupture de l’encerclement que l’armée allemande faisait subir à l’état-major communiste et la libération de Tirana en 1944. Sa brutalité était telle que lui-même avouait regretter d’« avoir procédé à des exécutions de masse en Albanie du Nord ». Ce père devint le bras droit d’Enver Hoxha, auquel il se soumit totalement, jusqu’à devenir falot.