Aux sources du masculinisme

Par Tanguy Grannis

Quels sont les soubassements idéologiques de la galaxie masculiniste, dont la figure de proue est le Canadien Jordan Peterson, et qui voit se développer des mouvements ultraviolents, tel celui des incels outre-Atlantique ? Une enquête de la Revue du Crieur, dont le numéro 12 vient de sortir en librairies et en Relay.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La libération de la parole des femmes depuis l’affaire Weinstein expose aux yeux de tous et toutes la prégnance, notamment dans les discours publics, de l’idéologie masculiniste, qui se définit en réaction aux avancées du féminisme et des droits des femmes. Entre le terrorisme des incels (contraction de « involuntary celibacy », soit « célibat involontaire »), le mouvement des droits des pères et le succès de la figure intellectuelle canadienne Jordan Peterson, l’antiféminisme et la misogynie s’adaptent aux nouvelles configurations sociales.