«L’Opéra du gueux», un voyage au bout de la corruption

Par

Un spectacle total au Théâtre des Bouffes du Nord à Paris ressuscite, tout en le recréant, un chef-d’œuvre anglais de 1728 méconnu en France : The Beggar’s Opera (L’Opéra du gueux). La mise en scène de Robert Carsen et la direction musicale de William Christie font mouche.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En France, nous connaissons L’Opéra de quat’sous (Die Dreigroschenoper) de Bertolt Brecht (musique de Kurt Weill), créé voilà 90 ans, en 1928 à Berlin, et qui semblait annoncer la peste brune s’alliant avec la pègre pour mettre l’Allemagne en coupe réglée tout en trucidant à tour de bras. Au reste, le IIIe Reich devait interdire l’œuvre – montée à Paris par Gaston Baty en 1934 au Théâtre Montparnasse et adaptée au cinéma, dès 1931, par Georg W. Pabst.