Habermas, un philosophe dans l’arène

Par Jean Lacoste (En attendant Nadeau)

Jürgen Habermas s'inscrit sans conteste dans la longue histoire intellectuelle de l’Europe : digne héritier de Kant, rénovateur de concepts comme « l’espace public » et « l’agir communicationnel », le philosophe, né en 1929, ne s’est pas contenté de construire un système ou des systèmes successifs à partir de Marx, de Hegel et des philosophes américains. Il ne cesse d’intervenir avec passion dans la vie intellectuelle, artistique et politique de l’Allemagne fédérale. Sa biographie, signée Stefan Müller-Doohm, vient de sortir en France.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Habermas a commencé sa carrière comme journaliste dans les années cinquante. Si ses œuvres majeures sont écrites dans un style que l’on peut qualifier d’austère et de complexe, dans ses contributions publiées dans les grands journaux comme Die Zeit ou la Frankfurter Allgemeine Zeitung, dans ses lettres ouvertes, c’est sans ambiguïté qu’il prend position. Cet intellectuel sans charisme particulier, cet universitaire infatigable est aussi un polémiste. Il aime la castagne. C’est le mérite de cette biographie que de nous le rappeler en abondance.