La femme du gaucho

Du gaucho Martín Fierro, tout le monde en Argentine connaît l’histoire, héroïsée par le poète José Hernández. Mais sa femme ? Gabriela Cabezón Cámara lui donne corps dans « Les Aventures de China Iron », un roman lumineux et plein de vie.

Melina Balcazar (En attendant Nadeau)

25 juillet 2021 à 12h17

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

«La literatura lo puede todo », « la littérature peut tout »… Avec la liberté que lui donne cette conviction, Gabriela Cabezón Cámara, née en Argentine en 1968, construit une des œuvres les plus singulières de la littérature latino-américaine actuelle. Entre mémoire et utopie, dans un style qui efface joyeusement les frontières séparant culture savante et culture populaire, elle interroge l’histoire et l’identité de son pays. De ses débuts dans le journalisme – qu’elle continue à exercer –, elle conserve une intense attention à la réalité sociale, sur un rythme vif et tranchant. À cela s’ajoute son œuvre romanesque, deux romans qui cherchent à dire ensemble la violence extrême et la beauté du monde, et dont la puissance se dessine si bien dans les traductions de Guillaume Contré.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal