L'écriture féerique de Hilda Doolittle

Par

Bardée de ses seules initiales pour tout renom, l’œuvre traduite de l’Américaine expatriée Hilda Doolittle (1886-1961) s’enrichit de sa Trilogie poétique, qu’elle composa à Londres durant la Seconde Guerre mondiale. Injustement méconnue, la figure de cette amie d’Ezra Pound, D. H. Lawrence, à la vie aussi mouvementée que son œuvre fut exigeante, devrait être une révélation pour beaucoup.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Quand de la redécouverte d’un écrivain s’exhale une sensibilité d’écriture à ce point constitutive d’un rapport au monde, et pour peu que cet aspect ait été caché ou simplement recouvert par d’autres influences, on peut parler de révélation. C’est à une expérience de cet ordre que doit se préparer tout lecteur de Hilda Doolittle.