Vies et trépas de l'écrivain salvadorien Rafael Menjívar Ochoa

Par
Chef de file de la génération «désabusée» d'Amérique centrale, l'écrivain salvadorien Rafael Menjívar Ochoa est mort fin avril des suites d'un cancer. Né en 1959 à San Salvador, ce bouillant créateur, musicien, scénariste de bande dessinée, journaliste et rédacteur en exil de la guérilla salvadorienne durant la guerre civile, sursoit donc à son récit d'un monde pulvérisé. Entretien avec son traducteur et complice Thierry Davo.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En 1998, il y a treize ans, Rafael Menjívar Ochoa achevait en exil au Mexique Treize,un de ses récits « noirs » : « Treize est un nombre qui convient tout à fait. Le compte à rebours commence. » Il y a tout juste un mois, le 27 avril 2011, il décédait d'un cancer.