Rentrée littéraire: combien de morts ?

Par

654 romans publiés: chaque rentrée est un accident industriel, une production qui loupe son objectif, avec de gros dommages. Bien plus qu'économique, le gâchis est littéraire. Invitation au bal des sacrifiés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ecrire un article pour dénoncer cette spécificité française la rentrée littéraire, soit 654 romans déboulant en sept semaines –, c'est déjà relever du rituel. On déplore, et on repart avec un entrain de Shadok. Difficile en effet de véritablement critiquer une aberration à laquelle chacun participe de son mieux. 654 romans en 2011, donc: l'information est généralement suivie de cette appréciation, «les éditeurs jouent la prudence». Avec 46 titres de moins que l'an dernier, c'est plus de l'ordre de la nuance que de la prudence.