Dans le dos d'Ariane Mnouchkine

Par

Théâtre du Soleil, fin de représentation d'Une chambre en Inde. À la cafétéria, spectateurs et comédiens, heureux d’avoir fait un beau voyage, dînent joyeusement tandis qu’Ariane continue de résister au chaos du monde, ainsi que le raconte Télérama...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les spectateurs ne sont plus les mêmes qu'en entrant. Ils étaient effondrés par le chaos du monde, et voilà qu'une énergie nouvelle les anime, et que le mot résistance danse au fond d'eux. Pourtant, sur la scène, ils ont entendu des rafales de kalachnikov, ils ont vu des bébés kamikazes parés par leurs parents, ils ont plongé dans la nappe phréatique noire de pollution. Rien ne leur a été épargné de la barbarie qui siffle sur nos têtes. Mais Ariane Mnouchkine n'est pas femme à se laisser abattre. Son spectacle est un hymne à la confiance. Non pas une confiance aveugle, mais une confiance en toute connaissance de cause.