«Racisme d'Etat», «racisé»: les termes du débat

Par

Forgés dans les années 1960, les termes racisme d'État, racisme institutionnel et racisé ont permis de penser le racisme comme un phénomène structurel qui dépasse les actes intentionnels inspirés par une idéologie explicitement raciste. Mais ils restent débattus dans le champ universitaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer a annoncé, le 21 novembre 2017, avoir déposé plainte pour diffamation contre un responsable du syndicat Sud Éducation 93, reprochant notamment au syndicat l’utilisation des termes racisme d’État et racisé (lequel devient, dans la bouche du ministre, « racialisé »). « On parle d’ateliers qualifiés de “non racialisés et de racialisés aussi”, je ferme les guillemets, a-t-il déclaré devant l’Assemblée nationale. L’expression même utilisée est scandaleuse. Elle ne peut pas avoir sa place dans l’Éducation nationale. On parle de non-mixité raciale, on parle de blanchité [ce mot n’est pas dans le document syndical – ndlr], les mots les plus épouvantables du vocabulaire politique sont utilisés, au nom de l’antiracisme. Alors que c’est du racisme. »