Pour le pape, en 2015, ça passe ou ça casse

Par

Dans un monde globalisé en crise, François, pape argentin, tenace et tolérant, s'attaque au capitalisme maffieux comme aux privilèges d'une Église d'Ancien Régime. Il joue serré. Seule l'instauration d'un modèle participatif planétaire lui permettra de vaincre l'hydre du Vatican…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce pape tombe à pic tout en arrivant bien tard. Il semble gracier ceux qui furent châtiés pour avoir parlé à sa façon, trop tôt cependant. Ainsi l’abbé Alfred Loisy (1857-1940), révoqué de l’Institut catholique de Paris, excommunié en 1908, avait eu cette formule si juste, que le pape actuel semble enfin reprendre à son compte : « Jésus annonçait le Royaume, et c’est l’Église qui est venue. »