Jeunes profs, vocations brisées

Par Rachida El Azzouzi
 © Rachida El Azzouzi © Rachida El Azzouzi

Anaïs et Christophe se voyaient enseigner « quarante ou quarante-deux ans ». C’était avant 2008 et l’adoption de la réforme de la formation des maîtres. Aujourd’hui, le jeune couple se donne « un an grand maximum » dans l’éducation. Premier volet de notre série : « Les enseignants après 5 ans de sarkozysme ».

Professeurs, option « précaires »

Vacataires, payés à l'heure, contractuels, CDD... L'Education nationale a multiplié les contrats précaires ces dernières années pour « boucher les trous ». Selon les statistiques officielles, ils seraient plus de 20 000 dans cette situation dans le second degré. Mediapart est allé à leur rencontre.

Education prioritaire, le grand désarroi

Par Lucie Delaporte

Deux enseignantes parlent du métier en zone d'éducation prioritaire, de leurs attentes et de l'élection présidentielle. Sandy, professeur d'éducation physique et sportive, enseigne à Aulnay-sous-Bois. Claire, professeur d'anglais à Fontainebleau, a fait partie des nombreux profs séduits, en 2007, par le discours très ferme de Nicolas Sarkozy sur l'école.

A l'école primaire, «on bricole comme on peut»

Par Lucie Delaporte

L'école primaire a été particulièrement touchée par les suppressions de postes dans l'Education nationale ces cinq dernières années. Malgré la promesse de Nicolas Sarkozy de sanctuariser le primaire à la rentrée prochaine, selon les syndicats, 1.500 classes devraient fermer. Quatrième volet de notre série : « Les enseignants après 5 ans de sarkozysme », avec ce portrait d'une institutrice dans une école rurale de l'Eure où « jamais on n'a ressenti un tel enjeu pour l'école dans une élection ».

Lycée pro : « On leur demande d'aller en haut de l'échelle, mais on a retiré les barreaux »

Par Lucie Delaporte

Trois ans après l'entrée en vigueur de la réforme du lycée pro, un prof de Villefontaine, dans l'académie de Grenoble, raconte comment celle-ci a, contrairement aux objectifs affichés, favorisé le décrochage scolaire dans une filière où sont scolarisés un tiers des élèves après la troisième.

« Les enseignants restent la catégorie socio-professionnelle la plus ancrée à gauche »

Par Lucie Delaporte

En 2007, beaucoup d'entre eux avaient été séduits par le discours du candidat de l'UMP et la rupture promise. Après cinq ans de sarkozysme et de suppressions de postes, les enseignants s’apprêtent à voter massivement à gauche, et pour le candidat socialiste le plus souvent.