Sodas du peuple

La lutte contre la mondialisation passe aussi par la canette. Du Nord au Sud, l’altercola vient réaffirmer les identités dans un monde globalisé, face au géant américain Coca-Cola. Une histoire populaire des sodas par et pour le peuple, du Selecto algérien à l’eau de Lagdize en Géorgie, en passant par le Tukola cubain ou les initiatives régionales françaises.

Selecto, le makrout de Proust du peuple algérien

Par
 © El Moustach © El Moustach

Le Selecto affole les papilles algériennes depuis 1907. Ce soda, né dans l’Algérie coloniale, a épousé l’histoire du pays. De la guerre d’indépendance à la guerre civile, l’entreprise Hamoud Boualem étanche toujours la soif de la diaspora et ses descendants en mal d’Algérie. Voyage dans une histoire hors norme, premier volet de notre nouvelle série sur la saga des sodas du peuple.

Les Eaux Lagidzé, le cola préféré de Staline

Par
Le logo de l’entreprise est un portrait de la mère de Mitrofané Lagidzé, réalisé par le peintre Guigo Zaziachvili en 1900. Le logo de l’entreprise est un portrait de la mère de Mitrofané Lagidzé, réalisé par le peintre Guigo Zaziachvili en 1900.

Le Coca-Cola et les Eaux Lagidzé sont deux sodas conçus à la même époque. Le premier par un pharmacien américain, le second par un pharmacien géorgien. Alors que le Coca-Cola est devenu l’une des boissons les plus consommées au monde, les Eaux Lagidzé, soda préféré de Staline, n’ont pas dépassé les frontières soviétiques.

Mecca-Cola, le soda pro-palestinien qui a défié l’Amérique

Par
Capture d'écran du site internet de Mecca-Cola. Capture d'écran du site internet de Mecca-Cola.

Dans les années 2000, un homme d’affaires franco-tunisien a attaqué l’Amérique avec des bulles depuis le local exigu d’une cité parisienne reléguée. Il a lancé Mecca-Cola, un soda militant, halal et pro-palestinien, qui connaîtra un succès planétaire foudroyant.

En Normandie, les pommiers, les vaches et le Meuh Cola

Par
Le Meuh Cola transparent a le goût du Cola, la couleur en moins. KZ Le Meuh Cola transparent a le goût du Cola, la couleur en moins. KZ

À Saint-Pair-sur-Mer, trois Normands fabriquent depuis dix ans le Meuh Cola dans une limonaderie artisanale. Local et bio, ce soda s’oppose en tout au « coca-colonialisme » américain, apportant une démonstration d'une économie au service des gens

Du nord au sud, un cola libre, s’il vous plaît!

Par et
Du Breizh Cola au Japon, en 2008 © Stéfan Le Dû / Flickr CC Du Breizh Cola au Japon, en 2008 © Stéfan Le Dû / Flickr CC

Aux côtés des mastodontes Pepsi et Coca-Cola, des émanations régionales essaient d’exister. Philippe Robert-Demontrond et Anne Joyeau sont les rares universitaires à avoir planché sur le cas des colas comme outils politiques de résistance à la mondialisation.