L’État finance à fonds perdu et sans fondement la presse vieillissante des milliardaires

Du fait de la révolution numérique, les ventes en kiosque de la presse quotidienne nationale dépassent à peine 150 000 exemplaires par jour, contre 1,3 million en 1990. Toujours prompt à voler au secours des milliardaires qui la possèdent, le gouvernement vient de débloquer 30 millions d’euros pour la presse « papier ».

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Ce sont deux chiffres qui soulignent l’injustice de la politique du gouvernement en matière d’aides à la presse, mais aussi son incohérence. Alors que la diffusion des journaux dans leur déclinaison « papier » ne cesse de s’effondrer au profit des supports numériques, au point que les ventes en kiosque pour la presse quotidienne nationale ne dépassent guère 150 000 exemplaires en moyenne par jour, le gouvernement a décidé de débloquer une aide exceptionnelle de 30 millions d’euros, s’ajoutant aux aides annuelles, pour soutenir les journaux qui affrontent la hausse des prix de production, et tout particulièrement celui… du papier.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal