Hausse du passe Navigo : les usagers grands perdants du bras de fer entre la Région et l’État

Après des semaines de guérilla politique, le gouvernement a accepté de faire un chèque de 200 millions d’euros pour renflouer la dette des transports franciliens. Pas suffisant pour éviter la hausse prévue du passe Navigo, que les usagers payeront désormais 84 euros, contre 75 auparavant.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Mercredi 7 décembre, dès 9 heures, un parterre d’élu·es et de militant·es de gauche se sont réuni·es sous les fenêtres du siège du conseil régional d’Île-de-France, à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). Dans leur viseur : le conseil d’administration d’Île-de-France Mobilités (IDFM), bras armé de la région pour les transports publics, en pleine séance. Ce qu’ils prévoyaient de longue date arrive finalement : ce sera aux usagères et usagers de combler le déficit d’IDFM.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal