Des syndicalistes historiques de la CGT privés du droit de s’en revendiquer

Le tribunal judiciaire de Bobigny a interdit à 16 militants de l’usine PSA de Poissy (Yvelines) de se présenter comme des adhérents du syndicat et d’en utiliser le logo. Premier visé : Jean-Pierre Mercier, figure du syndicat pendant des années, par ailleurs numéro 2 de Lutte ouvrière.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Des militants syndicaux se revendiquant de la CGT privés par la justice du droit « de se prévaloir de leur appartenance » au syndicat, tout comme d’en « utiliser les logos et sigles ». Jeudi 8 décembre, le tribunal judiciaire de Bobigny a donné raison à la fédération CGT de la métallurgie, qui lui avait demandé en référé (la procédure d’urgence) de prononcer ces interdictions à l’encontre de ses anciens représentants de l’usine PSA de Poissy (Yvelines).

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal