L’Europe tente de desserrer l’étau gazier

Si les pays européens sont parvenus à se passer du gaz russe, ils restent toujours aussi dépendants de cette énergie fossile et encore plus désormais de certains autres pays producteurs. Le Qatar, accusé de corruption au sein du Parlement européen, vient de le leur rappeler.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

L’Europe a-t-elle les moyens d’échapper au chantage gazier des pays producteurs ? Face à l’urgence, les États membres de l’Union n’ont pas trop cherché à explorer le sujet : après l’embargo du gaz russe provoqué par l’invasion de l’Ukraine, il leur fallait trouver au plus vite des approvisionnements de substitution pour remplir leurs capacités de stockage avant l’hiver. États-Unis, Qatar, Algérie, Azerbaïdjan... Ils ont tapé à toutes les portes, sans se poser d’autres questions.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal