Le groupe Atalian vendu à un fonds spéculatif basé aux îles Caïmans

Bruxelles vient d’autoriser le rachat de la multinationale du nettoyage. Au lendemain du renvoi en correctionnelle de son PDG, c’est un nouveau séisme pour les 137 000 salariés du groupe, dont 56 000 exercent en France.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Pour les quelque 137 000 salariés que compte le groupe de nettoyage industriel Atalian, travaillant dans plus de trente pays, dont 56 000 en France, c’est décidément une descente aux enfers sans fin.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal