Le chômage a plombé tout le quinquennat

Par , et

La fameuse « inversion de la courbe » ne s’est pas matérialisée. Depuis 2012, Pôle emploi compte 25 % d’inscrits en plus. Et les moins bien lotis sont toujours plus exposés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est la promesse qui a plombé le quinquennat. Dans les premiers mois de sa présidence, sur le plateau du 20 heures de TF1 le 9 septembre 2012, puis lors de ses vœux du 31 décembre, François Hollande s’était publiquement fixé un objectif : « Inverser la courbe du chômage. » À l’époque, il pensait tenir sa promesse en un an. Faute de résultat, le chef de l’État l’a réitérée, en décalant le délai qu’il s’était fixé. Lors de son interview télévisée du 14 juillet 2015, et encore quelques jours plus tard devant l’association de la presse présidentielle : promis, il ne serait candidat en 2017 que s’il parvenait à « faire diminuer le chômage suffisamment longtemps pour que ce soit suffisamment crédible » en 2016. « S’il n’y a pas de résultat, il ne peut pas y avoir de crédibilité sur une candidature », avait-il assuré devant les journalistes.Presque cinq ans après, l’engagement n’a pas été tenu si l’on prend en compte l’ensemble des catégories des demandeurs d’emploi en France. Une tache de plus au bilan d’un président affaibli, sans nul doute. Ce jeudi 1er décembre à 20 heures, François Hollande en a pris acte. « L'engagement que j'avais pris était de faire baisser le chômage. J'ai fait en sorte d'aider les embauches. Les résultats arrivent », a-t-il déclaré. « J’y ai consacré toute mon énergie, j’ai pris tous les risques », a-t-il plaidé, tout en reconnaissant que cela arrivait « plus tard » qu’il ne l’avait annoncé.