Grèce: un plan socialement injuste et économiquement dangereux

Par
Plus qu’un plan de sauvetage, c’est un programme de punition qu’ont imposé l’Europe et le FMI à la Grèce. Les vieilles recettes libérales sont de retour, touchant essentiellement les salariés, préservant capital et institutions financières. Au risque d’une déflagration économique et politique. Parti pris.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Plus qu'un plan de sauvetage accordé par l'Europe au nom de la solidarité, le programme adopté dimanche par l'Union européenne et le FMI tient lieu de punition pour les Grecs. Angela Merkel s'en cache à peine: l'aide que va consentir l'Allemagne à la Grèce est assortie de telles conditions que la leçon va servir d'avertissement pour tous les autres pays, qui ont oublié la rigueur maastrichienne. «Ils voient que le chemin imposé à la Grèce, sous les termes stricts du FMI, n'est pas facile, aussi vont-ils tout mettre en œuvre pour s'éviter cela», pronostique-t-elle dans un entretien au journal populaire Bild am Sonntag.