iPad: back in the USSR

Par et

Il serait donc le «top du must du hip». Bref à la mode, le iPad. Et, au passage, le sauveur d'une presse en pleine déroute, le renfloueur d'éditeurs qui croient avoir trouvé la poule aux œufs d'or. Et si c'était tout le contraire? Parti pris contre la foucade de trop de Steve Jobs.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il serait donc le «top du must du hip». Deux millions d'exemplaires écoulés en 28 jours. Bref à la mode, le iPad. Et si c'était tout le contraire? Un objet déjà vieux, rudimentaire, cher, fermé et un univers quasi totalitaire? Car que propose l'iPad aujourd'hui? Un modèle unique, une technologie fruste, un prix élevé et des files d'attente devant les magasins. Ça ne vous rappelle rien? Comme un petit goût d'Union soviétique, quand l'heureux citoyen attendait devant le magasin d'Etat, réservait sa Moskvitch ou sa Lada quatre ans à l'avance et ne pouvait échapper à la propagande moralisatrice du régime.