Coup de torchon en prévision sur la direction d'Accor

Par
Les difficultés s'accumulent pour le groupe hôtelier. Un conseil d'administration rugueux s'est tenu le 3 juillet, après des chiffres décevants depuis le début de l'année. Selon nos informations, Yann Caillère, responsable de la marque Sofitel (hôtels de luxe), devrait être écarté. D'autres révisions devraient être engagées. Gilles Pelisson pourrait lui-même être menacé s'il ne parvient pas à lancer le redressement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Accor est de plus en plus sous pression. Le miracle boursier, qui avait accompagné les premiers mois de la direction de Gilles Pelisson arrivé en septembre 2006 à la tête du groupe hôtelier, s’est dissipé. En un an, le cours de bourse du groupe a perdu plus de 40% quand l’indice Cac baissait de 30%. Et les actionnaires s’impatientent. Les fonds Colony Capital et Eurazeo, qui sont montés en puissance en mai en prenant plus de 17%, demandent des comptes.