La BCE renvoie à octobre un possible changement de politique

Par

Mario Draghi devrait annoncer à la fin du mois prochain – « quand nous serons prêts, si nous sommes prêts » – sa décision sur l’avenir du programme de rachat d’actifs. Le temps d’estimer les conséquences réelles du renchérissement de l’euro. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La BCE prend son temps, mais engage bel et bien un tournant vers une lente sortie de sa politique monétaire non conventionnelle, le fameux « quantitative easing » ou « QE ». Ce jeudi 7 septembre 2017, Mario Draghi a avancé à pas de loup, prenant garde de ne pas se couper de lignes de retraite en cas de dégradation de la situation. Officiellement, ainsi, rien n’est modifié dans la politique de la BCE : les rachats d’actifs de 60 milliards d’euros mensuels vont se poursuivre, comme prévu, jusqu’à fin décembre « ou plus, si nécessaire et, dans tous les cas, jusqu’à ce que le niveau de l’inflation devienne conforme à son objectif de hausse des prix ». La BCE garde même ouverte la possibilité, en cas de besoin, d’augmenter ces rachats.