Le budget britannique annonce-t-il la rupture avec le néolibéralisme?

Par

Présenté la semaine dernière, le budget britannique a été considéré comme une rupture en raison de l’annonce du relèvement du taux de l’impôt sur les sociétés à partir de 2023. Mais cette annonce dissimule une stabilité du cadre néolibéral et des obsessions conservatrices.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le budget britannique, le premier de l’après-Brexit et de l’après-pandémie, présenté le 3 mars par le chancelier de l’Échiquier du gouvernement conservateur, Rishi Sunak, signe-t-il une rupture avec le néolibéralisme et l’austérité ? Pour beaucoup d’observateurs, la réponse est clairement positive et ils en veulent pour preuve un seul geste symbolique : l’annonce du relèvement du taux de l’impôt sur les sociétés (IS) de 19 à 25 % à partir de 2023. Ce mouvement marque indéniablement une rupture avec la doxa économique des conservateurs depuis l’arrivée de Margaret Thatcher au pouvoir en 1979.